LIVRAISON OFFERTE POUR TOUTE COMMANDE SUPÉRIEURE A 200€
Logo de la Maison Douillet

CHAPITRE II

Le tricot

Comment la maille est arrivée dans nos vies.

Le tricot : histoire humaine

l’Humain et le vêtement

Les ouvrages textiles, au-delà de leur aspect fonctionnel (protection, chaleur), ont été au cours des âges des moyens de communiquer une identité sociale, culturelle, des croyances, des idéaux esthétiques.

Si l’histoire moderne du tricot, relativement documentée, nous permet une compréhension de l’évolution des pratiques artisanales en Europe du XIIIe au XIXe siècle; la préhistoire du tricot, elle, reste largement méconnue.

Avec le tricot, nous ouvrons une porte sur une pratique autant populaire qu’élitiste, ayant évolué au cours des âges avec toujours le même objectif : se couvrir et embellir.

Ci contre : Tricot Main d’un jupon aux détails extrêmes représentant des éléments naturels et des animaux sauvages. 1700-1750. © Victoria and Albert Museum, London

Propriétés du tricot

du fil au méta-matériau

Un tricot est un ouvrage textile constitué d’un seul fil qui s’enroule sur lui-même pour former un réseau de boucles enlacées : les mailles.

D’un point de vue mécanique, le tricot est considéré comme un méta-matériau*.

Tricotées ensemble, des fibres peu élastiques deviennent un « tout » au comportement physique hors du commun : un ouvrage d’une élasticité et d’une résistance extrême.

L’infinie variation des schémas d’entrelacement permet de créer, à partir d’un simple fil, des motifs différents.

Le tricot séduit donc pour ses textures ou motifs colorés riches, mais également pour ses caractéristiques mécaniques hors-norme.

*Métamatériau : Un matériau synthétique dont la structure démontre des propriétés que l’on ne retrouve habituellement pas dans la nature.
 
Ci-contre : Détail d’une alternance entre l’avant et l’arrière d’un point jersey, créant des variations de texture appelées “côtes”.
Tricot côte richelieu en laine française.
Détail de la laine d'un mouton français.

Histoire du tricot

Une technique de fabrication récente

Il est impossible de dater le début du tricot – sous la forme que nous connaissons actuellement.

Les artefacts de tricots les plus anciens que nous ayons retrouvés sont datées entre le XXe et XIIIe le siècle après J.C. Des reliques beaucoup plus anciennes, réalisés grâce à la technique du Nalebinding*, l’ancêtre du tricot, ont été estimées vieilles d’environ 6500 ans.

Les objets utilisés par l’humain pour la fabrication du textile nous permettent aussi de retracer une histoire beaucoup plus ancienne.

Les aiguilles employées dans la confection des vêtements – beaucoup plus durables à travers le temps que les ouvrages textiles – ont été retrouvés en abondance (France, Espagne, Chine, Russie, Slovénie) – les plus vieilles sont datées aux alentours de 30000 ans avant J.C.

Les premières fibres retrouvées (en lin) qui pourraient avoir appartenu à des vêtements datent de 34000 avant J.C. Certaines études placent la naissance du vêtement entre 50000 et 10000 ans.

Comparé à cette “préhistoire du textile”, le tricot semble donc une technique relativement récente, même si nous manquons d’indicateur pour dater précisément sa naissance.

*L’ancêtre du tricot est le Nålebinding – un terme créé dans les années 1970 (littéralement : «needle-binding», i.e. « relié par une aiguille »). Cette méthode permet de concevoir des vêtements avec une seule aiguille (là où le tricotage nécessite au moins deux aiguilles), et à l’aide de fils courts – de quelques mètres – (là où le tricotage est fait à partir d’un seul fil continu).

Le tricot : artisanat d'art

L'expansion du tricot en europe

Il est admis que le tricot trouve ses origines au Moyen-Orient puis qu’il est diffusé à travers l’Europe à partir du XIIIe siècle.

Les guildes de tricot, créées à partir du XVe siècle, ancrent la pratiquent du tricot comme discipline artisanale et artistique en Europe de l’Ouest. Le tricot est alors un l’un des sept grands corps de métiers médiévaux – connue sous le nom de bonneterie.

Les artisans réalisent des articles qui sont commercialisés : ce sont d’abord les gants, les chausses (bas) et les bonnets qui seront créés. La plupart du temps, ce n’est pas la laine qui est tricotée, mais la soie.

 

*Les guildes forment des compagnons, artisans ayant acquis un niveau de technique hors du commun. Des exemples de “chef-d’oeuvre”, comme des tapisseries tricotées, résultats de plusieurs années d’ouvrage, attestent du niveau de maitrise exceptionnel que les guildes françaises exigeaient.

Ci-contre : Tapis tricoté à la main – Detail – Strasbourg, 1781.
© Victoria and Albert Museum, London

Le tricot : histoire populaire

Le tricot dans la société paysanne européenne

La pratique du tricot se développe largement en Europe à partir du XVIeme siècle jusqu’à devenir une activité hautement populaire.

Les familles paysannes produisent de nombreux vêtements (bas, chaussettes, pulls) destinés à la vente – souvent comme une activité parallèle, mais parfois également sous forme d’une réelle activité professionnelle familiale : à cette époque, ce sont tous les membres de la famille sont employés à produire des tricots.

Certains lieux, certains motifs, certaines couleurs, marquent l’histoire du tricot.
Des sociétés insulaires ou côtières d’Angleterre, d’Ecosse, de France; ou des sociétés Scandinaves, ont développé des motifs identitaires ayant, depuis, largement franchi les frontières : Marinière, Point Jersey, Cable Knit, Fair Isle, etc.

La nature, la mer, la montagne ont inspiré des motifs riches et complexes, qui se sont imposés comme des classiques du design tricoté et continuent aujourd’hui encore d’influencer les plus grandes collections de mode.

Ci-contre : Montage à partir de la photographie “Thin Welsh Girl” du photographe John Thomas (circa 1875).

Beaucoup de photos de la fin du XIXeme siècle mettent en scène des femmes du Pays de Galles en train de tricoter. ⁠Non sans entretenir un certain folklore, ces photographies sont la preuve d’une vie rurale en
disparition et également témoins d’une réelle culture du tricot dans le nord de l’Europe.⁠

Mécanisation du tricot

La naissance de l'industrie du tricot

La première machine à tricotée a été inventée à la fin du XVIeme siècle en Angleterre.

A une époque où le tricotage à la main était établi en Europe, pratiqué par des personnes de tout âge, une telle invention ne parvient pas à s’imposer comme un alternative viable au travail manuel des « tricoteurs » – notamment à cause de son coût élevé.

Ce n’est donc qu’une siècle plus tard, en parallèle du développement de la machine à vapeur, que les premières usines à tricoter sont apparues.

*La première machine a tricotée a été inventée par William Lee en 1589, destinée à produire des bas.
Ce n’est qu’à la fin du XVIIe siècle que cette machine, améliorée, commence à s’implanter en Europe.
Maison Douillet - Detail du bonnet côtelé en laine Mérinos Française peignée, couleur Parme

Maille moderne

Comment le tricot s'adapte à la modernité

Le tricot contemporain se développe avec des nouvelles matières, des nouvelles techniques – et parfois par un retour à la création manuelle.

L’automatisation du tricotage permet de produire des articles à des prix concurrentiels – et le tricot s’impose alors comme un essentiel du vestiaire contemporain. Les recherches sur le design – couplées à des techniques avancées (tricotage intégral, tricotage jacquard, intarsia) – permettent la naissance aux designs jusqu’alors impensés.

Néanmoins, comme technique manuelle accessible, nombreuses sont les sociétés contemporaines qui renouent avec le tricotage main.

Aujourd’hui, une réflexion globale est engagée sur l’impact de l’industrie de la mode sur la planète et ses habitants. Certaines marque contemporaines repensent l’origine des matières premières, les lieux et les méthodes de fabrication pour proposer des tricots plus respectueux.

 

Renouer avec le tricot de qualité

Le tricot, comme technique simple de fabrication, a traversé les millénaires. Elle a permis de décupler l’inventivité, tout en s’adaptant aux contraintes matérielles – en France et en Europe, c’est un réel artisanat d’art qui s’est développé et dont nous sommes aujourd’hui les héritiers. 

La maille contemporaine, guidée par une sensibilité environnementales accrue nous invite à mieux concevoir : choisir méticuleusement les matières, opter pour une construction et des designs durables.

Chez Douillet, la démarche dans laquelle nous sommes engagés depuis notre création nous invite concevoir des belles pièces tricotées, dans le respect de la planète et des humains.

Maison Douillet